Content-type: text/html

G Petel
Porte parole du comité

M. Henri-François Gautrin,
Député de Verdun,

M. Gautrin,

Dans ma lettre à laquelle vous répondez, je ne dis pas que tous les arrondissements ont abandonné cette pratique. Peut-être me suis-je mal exprimé. Je dis que Montréal a décidé de rompre avec cette pratique et qu'elle suggère aux arrondissements de l'éliminer. Il semble bien que les autorités municipales de Verdun nagent dans l'ignorance ou dans la mauvaise foi. En effet, la ville-centre, Montréal, nous a confirmé qu'elle suggérait aux arrondissements d'abandonner la tarification horaire pour les services sport et loisirs. Parmis les raisons évoquées, il y a les coûts et  la difficulté de gestion administrative de cette politique et les effets pervers qu'elle provoque.

D'ailleurs, dans un communiqué publié le 20 novembre et portant sur le budget de la prochaine année, Mme Marie-Andrée Beaudoin, mairesse de l'arrondissement Ahuntsic-Cartierville, déclare : « En plus de ne contenir aucune hausse des tarifs, ce budget comprend l'abolition complète des tarifs horaires de la baignade libre dans les piscines extérieures, de la réservation des terrains de tennis ainsi que du patinage libre dans les arénas ». Vous pouvez communiquer avec Mme Beaudoin qui vous le confirmera.

Par ailleurs, sur le principe de l'utilisateur-payeur, cher aux promoteurs de la mondialisation et de la globalisation, vous dites bien, et je vous cite, « dans la mesure du raisonnable ». Or, justement, les élus de Verdun, avec le maire Trudel en tête, ne parlent jamais d'exception. M. Trudel a même déclaré que ce principe ou cette politique allait s'appliquer à tout le monde ! Sans égard aux plus démunis de notre communauté, aux jeunes, aux petits salariés ou aux personnes âgées à revenus fixes.

Parmi les solutions que nous suggérons, il y a, par exemple, l'augmentation du coût de la carte Accès-Verdun qui est présentement de 10$ pour 2 ans. Personne ne va s'opposer à ce que ce montant soit doublé à 20$. Comme il y a environ 10,000 cartes en circulation, les revenus de Verdun à cet égard, passeraient de 100,000 $ à 200,000 $. Nous avons aussi plusieurs autres suggestions pour permettre à Verdun de générer de nouvelles sources de revenus sans avoir recours à la tarification horaire pour ses citoyens. Toutefois, faudrait-il encore que le maire Trudel et ses acolytes, acceptent de nous entendre.

Autre élément méprisant de la part du maire Trudel. Dans une pétition sur cette question, nous avons récolté plus de 2,000 signatures de gens qui nous appuient. La réponse de M. Trudel:

« Vous savez, moi, les pétitions, je les ignore parce que je sais comment ça se passe »

Pourtant, dans l'affaire du développement résidentiel à l'Île Charron, votre gouvernement a répondu avec respect à la pétition de 20,000 signatures lui demandant de protéger l'environnement. Et, à sa conférence de presse le dimanche 18 novembre dernier et à laquelle j'assistais, votre collègue, la ministre Line Beauchamp, a tenu à inclure cette pétition dans son intervention, pour expliquer sa décision. Évidemment, l'unanimité avec les partis d'opposition a facilité sa tâche. Mais Mme Beauchamp a ainsi exprimé beaucoup de respect pour les gens qui avaient signé cette pétition. Le maire Trudel lui, n'a manifesté que du mépris.

Enfin, merci M. Gautrin, de vous intéresser à notre cause et d'y apporter votre soutien.

Gilles Pétel Pour le Comité contre la tarification horaire, Verdun.
514-761-3007
514-296-5606
gilles.petel078@sympatico.ca


----- Original Message -----

H Gautrin
À votre service
From: Gautrin, Henri-Francois
To: gilles.petel078@sympatico.ca
Cc: Simard, Marc-Olivier
Sent: Friday, November 23, 2007 5:20 PM
Subject: Tarification horaire

Monsieur Petel
Je vous remercie d'avoir porter à mon attention la question de la tarification horaire de l'utilisation des terrains de Tennis, bien que le pouvoir d'un député dans un domaine municipal est très limité. Je comprends facilement que vous vous éleviez contre le fait de payer pour ce qui était gratuit avant.

Renseignements pris auprès des autorités municipales de Verdun il semble qu'il s'agit d'une pratique habituelle dans la plus part des arrondissements de Montréal, par contre vous arguer qu'il s'agit d'une pratique abandonnée par tous les arrondissements, et que le dernier à éliminer la tarification horaire  serait l'arrondissement de Athunsic-Cartierville. Je reste perplexe devant deux points de vue aussi opposé quant aux faits. Pourriez vous me donner plus d'informations.

Pour ce qui à trait au fond de la question: Dans la mesure du raisonnable, le principe de l'utilisateur payeur est un principe auquel je souscris, il semble que vous ne vous opposez pas à assumer les frais de service mais que vous rejetez la tarification horaire. J'aimerai connaître les solutions que vous préconisez.

Salutations distingués

Henri-François Gautrin

retour